.

Français parlé dans les médias

International Conference - 2015 Edition

Aston University (Birmingham, UK)

L’impact de la langue parlée dans les médias

To see the English version of this site, click here.

Appel à communications

Le colloque traitera de l’impact de la langue utilisée dans les pratiques médiatiques, de l’information, du divertissement de la culture et de la publicité ainsi que dans les nouveaux médias sociaux…

En savoir plus, voir le panneau ci-dessous.


Le français parlé dans les médias 

La série de colloques Français parlé des médias dérive d’un projet de recherche éponyme lancé en Suède au début du siècle.

Les éditions précédentes du colloque ont eu lieu à :

  • Stockholm (2005)
  • Québec (2007)
  • Lausanne (2009)
  • Montpellier (2013)

La cinquième édition du colloque Le Français parlé dans les médias se tiendra à Aston University (Birmingham, UK) et traitera de l’impact de la langue parlée dans les médias.

Le français  - et d’autres langues comparées à lui - sera considéré préférentiellement dans sa forme orale, mais également dans sa forme écrite, lorsqu’elle comporte des caractéristiques d’oralité : stylistiques (écriture journalistique en ligne), ou génériques (interview écrite, chat, forum). Les manifestations linguistiques en seront observées dans les différents médias qu’ils soient qualifiés de « traditionnels » (presse écrite, radio-télévision) ou de « nouveaux » – une distinction qui ne manquera pas d’être elle-même interrogée.

Le colloque interrogera l’impact sur le français des  pratiques médiatiques de l’information, du divertissement, de la culture (à l’inclusion du cinéma et du théâtre) et de la publicité ainsi que dans les « nouveaux médias ».

Ce colloque s’adresse en priorité aux chercheurs en sciences du langage mais aussi aux chercheurs d’autres disciplines qui s’intéressent aux discours médiatiques. Il se propose d’être un lieu de questionnement sur les outils théoriques et les méthodes d’approche des objets de recherche mentionnés.

Les travaux proposés pourront porter, sans exhaustivité, sur :

  • L’impact linguistique des pratiques orales et associées. On pourrait discuter, entre autres, la mesure dans laquelle les médias influencent la notion de norme linguistique (évolution de l’acceptabilité du registre, de la prononciation…) ou brouillent la distinction traditionnelle entre oral et écrit (par exemple dans l’écrit oralisé des débats politiques). Par ailleurs, on pourrait débattre du rôle des médias dans la diffusion de variantes lexicales ou phonologiques locales ou sur le débit et l’intonation (par exemple dans les reportages sportifs). La représentation de l’hétérogénéité énonciative dans les médias pourrait aussi être discutée…
  • L’impact professionnel de la langue des médias. Par exemple, une carrière scientifique qui reposait jadis sur des publications spécialisées réclame aujourd’hui d’autres moyens de large diffusion (Twitter, blogues…) aux caractéristiques linguistiques spécifiques.
  • L’impact social de la langue des médias.  En d’autres termes, quelle influence l’emploi de la langue peut-il avoir sur des enjeux sociaux par exemple, comment la linguistique légale contribue-t-elle à l’application de la justice ?
  • L’impact politique de la langue des medias. Ainsi, comment la langue de la presse peut-elle faire ou défaire une carrière ou comment l’information ‘live’ peut-elle influencer les choix politiques.
  • Plus généralement, tout type d’impact de la langue parlée des médias peut être considéré.

 


SOUMISSION DES COMMUNICATIONS

 

Les chercheurs pourront soumettre et présenter leurs recherches sous deux formes :

  • communication de 20 minutes, suivie de 10 minutes de débat, ou
  • panel comportant trois interventions de 20 minutes, suivies de 30 minutes de discussion.

 

La taille des résumés de proposition correspond à une page / 400 mots maximum (références bibliographiques incluses) pour les communications et, pour les panels, à trois pages / 1200 mots maximum (références bibliographiques incluses).

Les résumés doivent être anonymes, ce qui implique qu’à aucun moment les évaluateurs ne doivent être en mesure d’identifier le ou les auteurs.

Les communications en anglais pourront être acceptées mais devront être soutenues par un diaporama en français.


ECHEANCES 

Les résumés seront soumis par Easy Chair.

  • Soumission des résumés : 15/03/2015
  • Retour des évaluations : 30/04/2015 

 

PUBLICATION

 

Les travaux issus de la présente édition du colloque, après la sélection du comité scientifique, seront publiés, soit dans un numéro spécial de revue, soit dans un ouvrage.


COMITÉ LOCAL D’ORGANISATION 

  • Emmanuelle Labeau (présidente)
  • Graeme Hayes
  • Pam Moores
  • Aurélia Robert
  • Hélène Stafford

 


COMITE SCIENTIFIQUE 

Jacques Bres (Université Montpellier III), Mathias Broth (Institut de la culture et de la communication Université Linköping), Marcel Burger (Université de Lausanne), Hugues De Chanay (Université Lyon II), Catherine Détrie (Université Montpellier III), Kjersti Fløttum (Université de Bergen), Mats Forsgren (Université de Stockholm), Catherine Kerbrat-Orecchioni (Université Lyon II), Alice Krieg-Planque (Université Paris-Est Créteil), Guylaine Martel (Université Laval, Québec), Sophie Moirand (Université Paris III), Jean-Marc Sarale (Université Montpellier III), Françoise Sullet-Nylander (Université de Stockholm).


Laurent Fauré

Laurent Fauré (Montpellier 3) 

L’activité de recherche de Laurent Fauré tente d’articuler linguistique interactionnelle et analyse du discours, en faisant dialoguer les options méthodologiques de la praxématique et de l’analyse de conversation.

  • La démarche repose sur l’observation de corpus audio-visuels recueillis essentiellement en interactions professionnelles (activités de service notamment), médiatiques et scolaires.
  • L’interjection, les vocalisations et autres particules discursives constituent un premier objet d’investigation. L’approche linguistique de l’intersubjectivité saisie dans ses propriétés dynamiques et ses formats d’actualisation constitue un champ d’étude privilégié associé et conjoint au précédent.
  • Les résultats de cette approche font apparaître une constitution linguistique et cognitive de ressources interactionnelles valant en particulier pour le système pronominal et les indices interjectifs en français. D’autres retombées analytiques corrélées permettent de rendre compte de fonctionnements intonatifs et phonétiques locaux, orientés en grammaire pour l’interaction. Une démarche applicative est reliée à cette problématique.

 


TimGrantBW

Tim Grant (Aston University)

La recherche de Tim Grant se situe dans le domaine de la « forensic linguistics » (linguistique légale) avec un intérêt particulier pour l’identification d’auteur de textos, de messages sur Twitter ou de clavardage. Ses publications récentes sur le sujet se trouvent dans le Journal of Law and Policy et le Journal of Speech Language and the Law.

Au-delà de cet intérêt pour l’attribution de paternité linguistique à des messages anonymes, Tim s’intéresse aux aspects linguistiques des interrogatoires policiers et à la façon dont les linguistes peuvent conseiller les policiers  et les former aux techniques d’interview. Ses travaux dans ce domaine ont été publiés dans le Journal of Speech Language and the Law le Journal of Policing.

Tim travaille régulièrement comme expert-conseil pour l’analyse d’échanges injurieux et menaçants dans des contextes aussi variés que des agressions sexuelles, des cas de harcèlement, des meurtres ou des activités terroristes. Tim a souvent contribué à des enquêtes et témoigné lors de procès. Pour plus de détails, voyez le site du Centre for Forensic Linguistics .

Finalement, Tim a souvent collaboré avec la presse écrite, la radio et la télévision et son travail a fait l’objet d’articles de presse ou de programmes de télévision (BBC 1 OneShow, BBC Radio 4 Programme Word of Mouth).  Tim participe régulièrement à des activités de vulgarisation pour les écoles et le public, comme le Café Scientifique et British Festival of Science. Il est aussi responsible du blog de Language Society and Law. 


Erik Neveu

Erik Neveu (Sciences Politiques, Rennes)

Erik Neveu est professeur des universités agrégé en science politique et enseigne à Sciences Po Rennes. Ses travaux ont débuté par des études sur le rock (La Thématique idéologique de la pop-musique, 1975) et, en 1981, une thèse sur l'idéologie dans les romans d'espionnage français (S.A.S, etc.). Ses recherches suivantes ont souvent porté sur les enjeux politiques et sociaux des pratiques culturelles.

Dans Sociologie des mouvements sociaux (1996) il dresse un panorama de cette branche relativement récente de la sociologie, aussi bien dans la tradition francophone qu'anglophone. 

Il est l'auteur en 2003 d'un petit manuel de la collection Repères, Introduction aux Cultural Studies, avec Armand Mattelart, qui constitue une des références de ce champ de recherche encore largement méconnu en France.

Erik Neveu s’intéresse aussi aux médias comme le montrent ses écrits consacrés au journalisme

  • Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2001 (1re édition)
  • Une société de communication ?, Paris, Éditions Montchrestien, coll. « Clefs », 1997 (4e édition en 2006)
  • Political Journalism. New Challenges, New Practices, avec Raymond Kuhn, New York et Londres, Routledge, 2002

 


Le colloque se tiendra du jeudi 10 au samedi 12 septembre 2015 à Aston University (Birmingham, UK).

Vous pouvez télécharger le programme complet ICI.
 
To be confirmed
Inscription au programme de la conférence incluant les repas de midi et les pauses –café :

Tarif préférentiel (jusqu’au 31 juillet): £100

Tarif ‘retardataires (à partir du 1er août): £120

Un dîner de conférence sera organisé le vendredi soir dans un restaurant indien typique de Birmingham (Balti).

Dîner de conférence: £35

L’inscription est maintenant ouverte ICI.
        
Cartes et instructions de voyage - LINK

Hébergement - LINK